Girus GE accompagne la RATP vers la conversion de ses bus au BioGNV

Retour

La RATP a fait le choix de transformer huit de ses dépôts de bus franciliens pour accueillir des véhicules BioGNV (gaz naturel pour véhicules), un carburant de source locale, 100 % renouvelable et qui réduit les émissions de gaz à effet de serre de 80% au regard des carburants traditionnels. Elle a chargé GIRUS GE, filiale du Groupe ELCIMAÏ spécialisée dans la transition écologique et l’économie circulaire, de l’accompagner vers la conversion au BioGNV.

La RATP fait transformer huit dépôts pour accueillir des véhicules GNV, dès 2019

Les réseaux de stations d’avitaillement au gaz devraient connaitre, dans les années à venir, un fort développement. Le gaz naturel pour véhicules (BioGNV) est en effet un carburant à la fois de source locale, 100 % renouvelable et qui réduit les émissions de gaz à effet de serre de 80% au regard des carburants traditionnels.

GNV Elcimaî Equipe la RATP

La RATP a d’ores et déjà fait le choix de se convertir au biométhane en développant l’avitaillement de ses centres de bus en Bio GNV. L’objectif est de mettre en place, dans le cadre du Programme bus 2025, un réseau de plus de 1 600 bus fonctionnant au gaz, soit 36 % de son parc actuel. Elle a chargé GIRUS GE de l’accompagner dans la transformation de trois de ses dépôts de bus pour accueillir des véhicules GNV.

Après lui avoir confié un premier contrat de maîtrise d’œuvre sur le site de Massy en 2017, la RATP lui renouvelle sa confiance avec deux nouvelles missions de sur le centre de Bussy-Saint-Georges en 2018 et de Nanterre en ce début d’année 2019. Pour les sites de Massy et Bussy-Saint-Georges, les consultations des différents lots de fourniture et travaux sont en cours. Les travaux sont prévus à partir de juin 2019 et la mise en service prévue en 2020.

GIRUS GE a réalisé les études pour la mise en place des équipements de compression de gaz et de distribution de GNV, mais également pour la mise en conformité ATEX (ATmosphère EXplosive) des halls de maintenance et de remisage, afin d’accueillir des bus GNV.

D’autre part, ces études ont permis d’optimiser les circulations, le remisage des bus sur les sites très contraints de la RATP et de définir les modes de chargement des bus, soit en charge lente, soit en charge rapide, en fonction des horaires d’entrée/sortie des bus sur le site.

Publié le

20/02/2019

Partager sur